Apéro doc n°16 / Des inventeurs
Jeudi 19 février 2015

Des inven­teurs
Panamarenko / Alain Bublex

Panaramenko : por­trait en son absence
De Claudio Pazienza
1997, 26 mins
Production : DAP, HEURE D’ETE, QWAZI QWAZI FILMS, LA SEPT-ARTE, RTBF, CNC,
IMAGE CREATION
Collection : DAP - CNAP Centre National des Arts Plastiques

Ingénieur, phy­si­cien et sculp­teur, Panaramenko rêve d’étrange machi­nes volan­tes (cigare volant, avion-sac à dos, luette arti­fi­cielle…) aux­quel­les il donne forme et mou­ve­ment par une tech­no­lo­gie par­fois ana­chro­ni­que (héli­ces, péda­les, etc.) et sou­vent défaillante. Ce désir de voler s’ins­crit dans une tra­di­tion liée au mythe d’Icare, mais aussi à l’utopie de « l’uomo uni­ser­sale » des ingé­nieurs-artis­tes de la Renaissance qui inter­ro­geaient la matière. Ces « machi­nes à décol­ler » néces­si­tent des cal­culs tech­ni­ques mesu­rés sous forme d’esquis­ses et de cro­quis grif­fon­nés. La pra­ti­que du dessin comme acti­vité créa­trice indé­pen­dante se sub­sti­tue alors à la fabri­ca­tion de l’objet, sou­vent arti­sa­nale, et devient un outil concep­tuel de la connais­sance du monde en mou­ve­ment.

Alain Bublex, Buy Steel
De Frédérique Ramade,
L’Atelier A, Arte France Développement - ADAGP
7 mins, mai 2011

Formé au design auto­mo­bile, Alain Bublex a com­mencé sa car­rière au début des années 1990 en ima­gi­nant les bases d’une ville fic­tive située dans le Nord cana­dien. Glooscap a grossi patiem­ment avec beau­coup de réa­lisme et de légen­des, aux côtés d’hybri­da­tions auto­mo­bi­les déve­lop­pées au cours de la même décen­nie, tels que l’aéro­fiat et divers véhi­cu­les fonc­tion­nels. Alain Bublex est un curieux attiré également par la méca­ni­que pho­to­gra­phi­que, fas­ciné par la route et les dépla­ce­ments. Il n’hésite pas à tra­ver­ser la Russie en Renault 5 pour rejoin­dre le Japon, et trans­forme sa voi­ture en cours de route au gré des besoins. Il filme, invente des villes et des pay­sa­ges. Récemment c’est le mont Fuji qui s’est retrouvé décliné dans de mul­ti­ples situa­tions. Autre pan de son œuvre, les Plug-in cities : des jeux de cons­truc­tions visuel­les à partir du réel auquel l’artiste adjoint dif­fé­rents éléments. Bublex ne cesse de cons­truire des villes et d’en défaire les usages. Elles ne cons­ti­tuent pas tant un idéal urba­nis­ti­que qu’une base fic­tive pour une foule d’inven­tions. Bénédicte Ramade