Apéro doc n°27 / L’art brut
Jeudi 12 mai 2016

Cette soirée sera pré­sen­tée par Astrid Berglund, conser­va­trice au musée d’art brut de Lausanne.

Sa Sainteté Paul Amar, pape des coquilla­ges
De Philippe Lespinasse et Andress Alvarez,
30 mins, 2004
Bordeaux/Lausanne, Dynamo Films/Collection de l’Art Brut.

Français, né à Alger en 1919, l’ancien coif­feur et chauf­feur de taxi fait surgir ses visions dans son appar­te­ment d’une HLM pari­sienne. Dans l’une des cham­bres qui fait office d’ate­lier, il meule, cisèle et ajoure méti­cu­leu­se­ment moules, bigor­neaux et coraux pour ensuite les pa­rer de pein­ture acry­li­que et de vernis à ongles aux tein­tes irréel­les. Poussé par un élan inex­tin­gui­ble, l’artiste s’immerge dans un uni­vers dense où les formes s’engen­drent les unes les autres. Le regard du spec­ta­teur, happé dans les pro­fon­deurs du ta­­bleau, s’égare, inca­pa­ble de se fixer. Paul Amar nous contraint à l’inces­sant vaga­bon­dage visuel.

Ce docu­men­taire a été réa­lisé dans le loge­ment de Rose et Paul Amar, à Paris. Le temps d’une visite, il nous fait décou­vrir un artiste hors-les-normes. Par son ins­pi­ra­tion et sa pro­di­gieuse vir­tuo­sité, Paul Amar a trans­formé un appar­te­ment d’une HLM en un uni­vers oni­ri­que exu­bé­rant, élaboré en secret.

Les Cocons magi­ques de Judith Scott
De Philippe Lespinasse
36 mins, fran­çais/anglais, 2006
Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Bordeaux.

Cocons géants mul­ti­co­lo­res, féti­ches à portée magi­que ou pou­pées d’envoû­te­ment ? Judith Scott (1943-2005) dérobe des objets hété­ro­cli­tes pour en faire le cœur de chaque créa­tion. Elle les enrobe ensuite de fils, de ficel­les, cor­de­let­tes et fibres diver­ses, de manière à mas­quer inté­gra­le­ment le corps cen­tral. Judith Scott se lance libre­ment en auto­di­dacte dans une tech­ni­que pro­di­gieu­se­ment inven­tive et anar­chi­que. Elle fré­quen­tait le Creative Growth Art Center à Oakland, un ate­lier d’expres­sion artis­ti­que en Californie.