Apéro doc n°6 / Bertrand Lavier
Jeudi 9 janvier 2014

Bertrand Lavier - Cinq pièces faci­les
1998 , 36 minu­tes
Réalisation : Heinz Peter Schwerfel.

"Bertrand Lavier donne à voir des frag­ments du réel dans une situa­tion qui remet en ques­tion notre façon logi­que d’appré­hen­der des réa­li­tés objec­ti­ves", expli­que Pierre Restany. Quand il pose un objet manu­fac­turé sur un autre, un réfri­gé­ra­teur sur un coffre-fort par exem­ple ("Brandt / Haffner", 1983), Lavier véri­fie les rela­tions for­mel­les qui les unis­sent, mais il trans­forme aussi une réa­lité nommée en "ready made". Quand il féti­chise les objets comme "Giulietta" (1993), voi­ture acci­den­tée sacra­li­sée par son envi­ron­ne­ment, ou bien comme "Teddy" (1994), ours en pelu­che posé sur un socle pri­mi­tif d’art afri­cain, il remet en ques­tion la notion de repré­sen­ta­tion artis­ti­que. Campant ses "ready made" dans un "sur­plus de réa­lité", il pra­ti­que une esthé­ti­que du détour­ne­ment. Subversif ou révo­lu­tion­naire ?