Apéro Doc n°30 / Des corps et des espaces
Jeudi 17 novembre 2016

Florence Paradeis
Née en 1964

" Photographe active depuis le début des années 1990, Florence Paradeis met en scène les cap­tu­res du réel qu’elle sait repé­rer, elle refroi­dit l’ins­tan­ta­néité en fai­sant poser des rela­tions. Elle super­pose, colle, assem­ble, dans des réa­li­sa­tions par­fois dra­ma­ti­ques, par­fois cocas­ses, où le faux-sem­blant régit la place de chaque élément. Ainsi ses "Premiers amours" le sont-ils vrai­ment ? C’est bien la croyance dans les images qui est au cœur de sa réflexion pho­to­gra­phi­que qui se déploie patiem­ment depuis plus de deux décen­nies." Bénédicte Ramade

Valérie Jouve
Née en 1964

" Photographe et cinéaste, Valérie Jouve par­court inlas­sa­ble­ment la ville à la recher­che de ses habi­tants. Observatrice du pay­sage urbain, elle fabri­que des espa­ces-temps sin­gu­liers ques­tion­nant nos habi­tu­des de per­cep­tion. Dans une vision qui se veut proche du docu­men­taire, Valérie Jouve montre des situa­tions, des pay­sa­ges, des per­son­na­ges. [...] C’est cet espace mou­vant, fluc­tuant et commun que l’artiste met en exer­gue dans ses pho­to­gra­phies appré­hen­dant à la fois le corps de la ville et celui de l’être humain qui l’habite ".

Samir Ramdani
Né en 1979

" Dans ses films, Samir Ramdani [...] explore les corps comme un champ de bataille à la fois soumis aux sté­réo­ty­pes et cher­chant une sin­gu­la­rité, résis­tant aux règles du pou­voir. [...] Le fil rouge de son tra­vail se trouve dans le désir de mettre en scène le réel, en dis­so­ciant le son afin de dés­ta­bi­li­ser le régime docu­men­taire ; et dans le corps filmé qui, comme en un champ de bataille, est à la fois soumis aux codes du groupe et à la fabri­ca­tion des sté­réo­ty­pes de genre, en même temps qu’il cher­che une sin­gu­la­rité dans l’expres­sion, une résis­tance aux règles domi­nan­tes." Extrait du texte Samir Ramdani : péri­phé­rie cen­trale de Pedro Morais dans le Quotidien de l’art n°996.