Apéro doc n°36 / Giorgio Morandi et Nathalie du Pasquier
Jeudi 11 mai 2017

Giorgio Morandi
1890-1964
Né à Bologne, il y vivra toute sa vie.

L’artiste est prin­ci­pa­le­ment connu et reconnu pour ses natu­res mortes repré­sen­tant des objets ordon­nés sur une table : des cara­fes, des boites, des verres, des bri­ques, mais aussi des mou­la­ges en plâtre de ces mêmes usten­si­les qui se débar­ras­sent ainsi de tout signe dis­tinc­tif. Leur agen­ce­ment à l’inté­rieur de la toile est par­ti­cu­liè­re­ment précis, par­ti­ci­pant à un décou­page géo­mé­tri­que de l’espace. Chaque tableau est une décli­nai­son du pré­cé­dent. Giorgio Morandi peint indé­fi­ni­ment les mêmes choses, peu importe ce qu’elles repré­sen­tent, seul compte la manière dont elles par­ti­ci­pent à la com­po­si­tion géné­rale, com­ment leur sur­face s’ins­crit sur la toile, com­ment elles réflé­chis­sent la lumière. Un tra­vail lent de matu­ra­tion qui occu­pera Morandi toute sa vie.



Nathalie du Pasquier
Née en 1957 à Bordeaux.

« Designer, sculp­teur et pein­tre, Nathalie du Pasquier fut l’une des femmes du groupe Memphis qui, au début des années 1980, su faire bouger, autour d’Ettore Sottssas, les lignes du bon goût et les fron­tiè­res de la société de consom­ma­tion. Installée depuis à Milan depuis 1979, Nathalie du Pasquier a par la suite repris une intense pra­ti­que d’ate­lier et entre­tenu des rap­ports de bon voi­si­nage avec ces objets du quo­ti­dien qui ont fait sa for­tune pen­dant l’ère Memphis, et bien après, dans ses toiles aux com­po­si­tions mini­ma­les ou ses modu­les géo­mé­tri­ques. Cette capa­cité à cir­cu­ler entre les formes et les pra­ti­ques, jusqu’à la « redé­cou­verte » récente de son tra­vail dans le champ de la mode qui a fait appel à ses ser­vi­ces au milieu des années 2000 pour redes­si­ner des motifs post-Memphis, est sans doute ce qui carac­té­rise le mieux cette artiste aty­pi­que. Et expli­que sans doute pour­quoi son tra­vail, jusqu’à récem­ment encore, sem­blait voué à une cer­taine mar­gi­na­lité. » (Les pres­ses du réel)