Samir Ramdani

Pour la pre­mière fois, le centre d’art contem­po­rain a pro­posé en 2017 deux pro­gram­mes de rési­dence de recher­che et d’expé­ri­men­ta­tion, un sur invi­ta­tion et un autre sur appel à projet.

Samir Ramdami a effec­tué sa rési­dence à Embrun durant l’été 2017.


Diplômé des Beaux-Arts de Toulouse, il a également étudié au Bauhaus-Universität Weimar, Allemagne. En 2010, il prend part au Pavillon, Laboratoire de créa­tion du Palais de Tokyo. En 2015, il reçoit le Prix de qua­lité du CNC pour son film Black Diamond.
Son tra­vail oscille entre ins­tal­la­tion vidéo, pho­to­gra­phie et cinéma. Il aime dépla­cer les objets, comme ins­crire des oeu­vres dans des films de fic­tion ou faire parler d’art contem­po­rain un rap­peur à la verve méta­phy­si­que. L’aspect poli­ti­que de son tra­vail passe tou­jours par un jeu décalé et caus­ti­que où des mondes à priori éloignés se ren­contrent. L’occa­sion de parler ainsi de mino­ri­tés en tout genre, de jeux de domi­na­tions sym­bo­li­ques et socia­les en jeu dans ces dif­fé­rents espa­ces sociaux.