Apéro Doc n°55
Andy Warhol
Apéro Doc n°55 - Jeudi 3 octobre 19:00

Les conta­mi­na­tions

Réalisation : Cathy Wagner, Patrick de Geetere

La Factory new-yor­kaise d’Andy Warhol, autour de laquelle gra­vi­taient artis­tes et mar­gi­naux de tous poils, était tout le contraire d’une usine à rêve. L’anti­thèse d’Hollywood : un lieu où l’expé­ri­men­ta­tion tenait lieu de projet. Au coeur des années 1960 et 70, c’est là que le pouls artis­ti­que bat­tait son plein. Ce film inclas­sa­ble et pas­sion­nant au titre effi­cace en témoi­gne.

Autour du visage d’une actrice filmée aujourd’hui, la pel­li­cule s’affole, se brouille, se dis­joint de la bande-son, lui joue des tours. L’aven­ture du pop art est ainsi visuel­le­ment rac­cor­dée aux sou­ve­nirs des cinéas­tes Jonas Mekas et Paul Morissey, des musi­ciens du Velvet Underground, Sterling Morrisson et John Cale, du vidéaste Nam June Paik, de Billy Name, pho­to­gra­phe atti­tré de la Factory, du dan­seur Lucius Roméo et de son ami pein­tre, Carlos Hernandez... D’où il res­sort que la froi­deur d’Andy Warhol était plus proche de l’atti­tude zen que d’une indif­fé­rence gla­ciale. Cale et Paik font chacun l’éloge de sa fai­blesse et la met­tent en pers­pec­tive avec les métho­des de tra­vail de Warhol, indé­fec­ti­ble­ment liées à l’ins­tant pré­sent et aux êtres humains qui lui prê­taient leur pré­sence.

(Fabienne Arvers)