Chloé Dugit-Gros

Chloé Dugit-Gros est inter­ve­nue durant deux semai­nes auprès des écoles Pasteur et Cézanne d’Embrun dans le cadre de l’appel à projet "Rouvrir le monde", initié par la Direction Générale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Elle leur a fait tester la mal­lette péda­go­gi­que nou­vel­le­ment réa­li­sée.

Cette mal­lette com­prend un ensem­ble d’outils à des­si­ner en Plexiglas coloré. Parmi ceux-ci, de larges règles per­cées de formes géo­mé­tri­ques dyna­mi­ques, pro­pres au voca­bu­laire mini­ma­liste de l’artiste. Alors que l’objet même revêt de gran­des qua­li­tés plas­ti­ques (grâce à ses cou­leurs, sa trans­pa­rence, la com­po­si­tion interne de lignes auto­no­mes), il permet aussi la repro­duc­tion de ses formes évidées, par le pas­sage d’un crayon. Sans souci du sujet, l’uti­li­sa­teur peut ainsi asso­cier, super­po­ser, choi­sir les formes dont il dis­pose. La com­po­si­tion s’extrait des ques­tions de caté­go­ries, nulle ques­tion de figu­ra­tion ou d’abs­trac­tion.
Accompagnant ces règles en Plexiglas, Chloé Dugit-Gros, sou­haite éditer, sur papier calque plas­ti­fié, un mode d’emploi des­siné indi­vi­duel. Il intro­dui­rait cette lec­ture non auto­ri­taire des formes, en démon­trant leur poly­sé­mie. À tra­vers leur super­po­si­tion, leur effa­ce­ment, les signes mêlent et démê­lent les mul­ti­ples inter­pré­ta­tions pos­si­bles. Après cette pre­mière appré­hen­sion du tracé et de la com­po­si­tion, enga­gée de manière indi­vi­duelle et selon le propre rythme de l’enfant, l’artiste pro­pose une autre série d’outils : des formes en Plexiglas dont on tra­ce­rait cette fois-ci le contour. Il s’agi­rait d’une ver­sion agran­die des formes évidées des règles, pour une appli­ca­tion murale et/ou en plein air, sur le sol de la cour d’école, par exem­ple. Le crayon ou le feutre serait rem­placé par la craie. La com­po­si­tion nai­trait d’un tra­vail col­lec­tif à la fois concerté et intui­tif. À partir de ces outils sim­ples et sédui­sants, Chloé Dugit-Gros, sou­haite élargir les champs d’appli­ca­tion du dessin, en le libé­rant des caté­go­ries aca­dé­mi­ques.

Chloé Dugit-Gros est artiste plas­ti­cienne, diplô­mée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, avec les féli­ci­ta­tions du jury en 2005. Elle est artiste-ensei­gnante à l’Ecole Européenne de l’Image (EESI) de Poitiers depuis 2016.

La pra­ti­que de Chloé Dugit-Gros pré­sente une liberté de choix de maté­riaux, d’outils et de réfé­ren­ces aux­quel­les se rap­por­tent ses œuvres (séries B, hip hop, culture popu­laire urbaine, cou­pu­res de jour­naux, archi­ves, his­toire de l’art). La ren­contre d’un voca­bu­laire post­mo­derne avec les pré­cep­tes de l’abs­trac­tion moder­niste (grille, géo­mé­trie de formes, réduc­tion chro­ma­ti­que) ali­mente dans ses tra­vaux une appro­che sub­jec­tive dans l’appré­hen­sion du réel.