Eléonore Saintagnan, vues de l'exposition L'œuf pondu deux fois, 2019, La Criée, Rennes ©Benoît Mauras
Eléonore Saintagnan, vues de l’exposition L’œuf pondu deux fois, 2019, La Criée, Rennes ©Benoît Mauras
Eléonore Saintagnan
Exposition personnelle - Eléonore Saintagnan - Du 1er juillet au 29 août

Exposition du 1er juillet au 29 août 2021


Née en 1979, elle vit et tra­vaille à Bruxelles.

Après des études en arts plas­ti­ques et docu­men­taire de créa­tion à l’uni­ver­sité,
elle obtient les post-diplô­mes du Studio natio­nal du Fresnoy et de Science-Po, l’École des Arts Politiques de Paris. À tra­vers des courts-métra­ges, vidéos, ins­tal­la­tions, écrits ou des­sins, le tra­vail d’Eléonore Saintagnan naît avant tout de ren­contres. Dans une appro­che à la lisière du docu­men­taire et de la fic­tion, entre inti­mité et uni­ver­sa­lité, l’artiste s’immerge dans des com­mu­nau­tés pour en dépas­ser la simple des­crip­tion.

"Mon tra­vail se déroule géné­ra­le­ment en deux phases. La pre­mière est une phase d’immer­sion et d’obser­va­tion eth­no­gra­phi­que, qui peut pren­dre pour objet n’importe quelle com­mu­nauté ou écosystème, au gré de mes ren­contres, de rési­den­ces ou de com­man­des. Ma démar­che peut faire feu de tout bois, qu’il soit issu d’une forêt tro­pi­cale ou d’une haie du Nord-Pas-de-Calais.
Ensuite, je pro­duis des dou­bles, dans un tra­vail de mise en scène impli­quant sou­vent les acteurs-mêmes de ces micro­cos­mes.
Mes vidéos et ins­tal­la­tions sont comme des miroirs défor­mants (mais par­fois révé­la­teurs) du réel. De la même manière, mes tra­vaux plus plas­ti­ques (sculp­tu­res en céra­mi­que, des­sins), com­por­tent sou­vent cet axe de symé­trie entre une pre­mière partie créée spon­ta­né­ment, du côté de l’expé­rience ori­gi­nale, et sa repro­duc­tion « à main levée ».
Mes gestes, reco­pier, rejouer, trans­po­ser, décou­per et recol­ler, assem­bler, démon­ter et remon­ter, sont effec­tués avec un ama­teu­risme joyeux et dans une ivresse ludi­que et volon­tai­re­ment pué­rile. Autant de bri­co­la­ges qui pro­vo­quent de légè­res dis­tor­sions, et finis­sent par pro­duire des objets et des films d’une inquié­tante étrangeté."
Eléonore Saintagnan