<i>Test</i>, Plusieurs sortes d'argiles, farine de blé, sable, toile de coton, Marie Bette et Luca Guizzo, 2019
Test, Plusieurs sortes d’argiles, farine de blé, sable, toile de coton, Marie Bette et Luca Guizzo, 2019
Marie Bette

Suite à la dif­fu­sion de l’appel à can­di­da­ture pour la rési­dence de recher­che 2021 à Embrun, la lau­réate qui a été sélec­tion­née par le jury est Marie Bette


Née en 1988, elle vit et tra­vaille à Paris.

Diplômée de la HEAD Genève en 2017 et de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon en 2010, Marie Bette tra­vaille en tant que coor­ga­ni­sa­trice au sein de l’artist run space Pauline Perplexe à Arcueil depuis 2017. Sa pra­ti­que de sculp­ture se déploie régu­liè­re­ment à l’exté­rieur des lieux d’expo­si­tions. En 2019, elle par­ti­cipe à la rési­dence Fieldwork : Marfa et obtient une bourse de la Fondation Gandur qui lui permet d’appro­fon­dir ses recher­ches sur la cons­truc­tion en terre crue, en papier et en cire. Elle par­ti­cipe à des expo­si­tions col­lec­ti­ves : A tous ces objets cares­sés d’un peu trop près à la gale­rie MR80 à Paris (cura­trice Alexandra Fau) ; Super Salon - Paris Internationale (cura­trice Claire Le Restif), Talisman (cura­teur Yann Chateigné) à Genève, Comunità Olivetti (cura­trice Donatella Bernardi) à l’Institut Suisse de Rome, Shake what your mama gave you (cura­trice Julie Morel) au Centre d’art Passerelles à Brest. En 2018, elle béné­fi­cie d’une expo­si­tion per­son­nelle à la Galerie Mezzanin à Genève, Pneumate.

"Je pro­jette de réa­li­ser pen­dant la rési­dence une sculp­ture/four faite de terre crue et de chaux. Une pièce semi-pérenne, pensée pour résis­ter à l’exté­rieur et cons­truite dans un espace choisi en concer­ta­tion avec les per­son­nes qui tra­vaillent et vivent sur place. J’aime­rais y inclure un sys­tème de récu­pé­ra­tion des eaux de pluie, déve­lop­per des revê­te­ments à base de cire d’abeille et d’huile dure ; ajou­ter des éléments creux aux angles adou­cis pour faire cir­cu­ler la cha­leur dans la pièce quand le four est allumé... L’objec­tif de cette recher­che est de me per­met­tre d’adap­ter de façon plus pré­cise chaque pièce à son envi­ron­ne­ment tout en y incluant une dimen­sion d’usage qui reste ambi­güe." Marie Bette

Nous l’accueille­rons à Embrun de sep­tem­bre à novem­bre 2021.