Vue de la chapelle des capucins
Vue de la chapelle des capucins
Chronologie

Chronologie des modifications de la Chapelle des Capucins.

1633
Destruction de la cita­delle, don des ter­rains et des ruines aux Capucins. Les Capucins s’ins­tal­lent dans un hos­pice voisin de l’église Saint-Vincent

1636
Début de la fabri­ca­tion du mobi­lier (reta­ble, bancs) aux armes de Guillaume IX d’Hugues, pro­ba­ble finan­ceur. Ces armes sont sculp­tées dans chacun des bancs, en plu­sieurs par­ties du reta­ble et il est lui-même repré­senté sur le tableau du reta­ble

1644
Première partie des tra­vaux sur les bâti­ments conven­tuels, finan­cés par Chantaraine, bâtard de Crottes et ecclé­sias­ti­que

1645
Seconde partie des tra­vaux sur les bâti­ments conven­tuels et cons­truc­tion de l’église des Capucins, finan­cés par Hugues Emé, cha­noine et sacris­tain d’Embrun. La capa­cité d’accueil du cou­vent est d’une tren­taine de reli­gieux

1731
Réfection des enduits de façade de l’église et pro­ba­ble inter­ven­tion ou créa­tion du cadran solaire. Un pré­cé­dent cadran pour­rait avoir existé (tons bleus appa­rais­sant par trans­pa­rence)

XVIIIème
Travaux d’exten­sion à l’Est et pro­ba­bles tra­vaux sur le chevet de l’église : reprise des toi­tu­res, niveau des plan­chers, dis­tri­bu­tion et grande baie axiale Est (rem­pla­çant la baie désaxée dont il sub­siste le lin­teau bois dans l’épaisseur du mur)

1792
27 jan­vier : les clo­ches, chan­de­liers, osten­soirs sont envoyés à la fonte à Montpellier, afin de récol­ter des fonds pour la guerre en exé­cu­tion d’une loi du mois d’août pré­cé­dent. Destruction de mobi­lier dans l’église (13.04.1792) au cours d’une émeute. Sont détruits : la chaire, des bancs et des chai­ses. L’église est fermée par déci­sion du tri­bu­nal le 15 avril.

1792-1842
L’église est sans affec­ta­tion par­ti­cu­lière, mais dans le giron mili­taire. Il est pro­ba­ble qu’elle avait servi pour les offi­ces reli­gieux de la gar­ni­son. Les bâti­ments conven­tuels sont en partie démo­lis et subis­sent une refonte totale afin d’accueillir le Génie, le Gouverneur, l’Etat major et un pavillon des Officiers (mess).

1842
Transformation de l’église en arse­nal au RDC, créa­tion d’un étage dans la nef : salle d’armes (escrime), modi­fi­ca­tion des faça­des (ouver­tu­res) et exten­sion au nord Réfection des enduits et du cadran solaire (sur­peint)

1920-40
Aménagement d’une armu­re­rie à l’étage (partie exten­sion)

1979
Réfection des toi­tu­res. L’ardoise est rem­pla­cée par du shin­gle (bar­deau cana­dien)

Au cours du XXe
Aménagement d’ate­liers pour les ser­vi­ces tech­ni­ques de la Ville et sto­ckage.

Au début des années 2000
Les ser­vi­ces tech­ni­ques quit­tent la cha­pelle.