extrait de la vidéo "S comme Savoirs"
extrait de la vidéo "S comme Savoirs"

© Benoit Broisat

extrait de la vidéo "S comme Savoirs"
extrait de la vidéo "S comme Savoirs"

© Benoit Broisat

extrait de la vidéo "S comme Savoirs"
extrait de la vidéo "S comme Savoirs"

© Benoit Broisat

extrait de la vidéo "S comme Savoirs"
extrait de la vidéo "S comme Savoirs"

© Benoit Broisat

extrait de la vidéo "S comme Savoirs"
extrait de la vidéo "S comme Savoirs"

© Benoit Broisat

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

vue de l'exposition "S comme Savoirs"
vue de l’exposition "S comme Savoirs"

© Anthony Morel

S comme savoirs
Benoit Broisat

Benoît Broisat s’intéresse à la façon sin­gulière dont chacun-e se représente une sit­u­a­tion, un sou­venir ; com­ment la mémoire restitue un espace, com­ment les habi­tants d’une ville se représen­tent leur lieu de vie, com­ment un reporter perçoit, retran­scrit et com­mu­nique un événement. La représen­ta­tion est ainsi le sujet non un moyen. Il priv­ilégie générale­ment le mode de l’enquête pour arriver à cir­con­scrire, définir son sujet d’étude ou l’objet final de cette même étude. Il a procédé ainsi pour les pro­jets « Place Franz Liszt » et « les témoins ». Dans le 1er, l’artiste réalise des images d’une place qu’il n’a jamais vue à partir de témoignages et descrip­tifs écrits des habi­tants du lieu. Dans le second, il retrouve un objet qu’il a repéré dans une coupure de presse pour l’obtenir et le col­lec­tionner.

Pour le projet « S comme savoirs », Benoit Broisat pour­suit cette méthodologie et se situe, tel un eth­no­logue qui recueille un savoir, celui spé­ci­fique de l’enfant. Durant une semaine, l’artiste a réalisé des entre­tiens indi­viduels filmés avec 51 enfants des écoles Cézanne et Pasteur, des classes de CP au CM1. Il les a inter­rogés sur des sujets et des thèmes éclectiques comme la for­ma­tion de l’uni­vers, l’origine du lan­gage, l’his­toire, la beauté ou les ani­maux, etc. avec comme objectif de faire émerger, à travers la parole, leurs cos­mogo­nies pro­pres et de mettre en exergue leurs représen­ta­tions du monde.

Benoit Broisat a rassemblé ces dis­cours et ces récits dans une vidéo. Construite comme un abécé­daire, de A comme « Art » à Z comme « Zoologie », à la manière d’une ency­clopédie, elle fait état d’une suc­ces­sion de sin­gu­lar­ités rassem­blées dans dif­férentes séquences. Le traite­ment sobre de l’image et le focus sur l’enfant grâce à un cadrage précis nous enga­gent, spec­ta­teur adulte, à con­sid­érer la parole de l’enfant et la légiti­ma­tion de ce savoir, qui, tout autant que l’art brut ou l’art prim­itif, appar­tient à ces savoirs décon­sid­érés à l’intérieur des récits dom­i­nants majori­taires.
Depuis la fin des années 60, la ques­tion du savoir fait l’objet de débats mul­ti­ples dans la con­di­tion post­mod­erne. Il n’y a pas un savoir, mais des savoirs autant qu’il y a de sujets, et les artistes ne cessent de se saisir de ces ques­tions et prob­lé­ma­tiques.

L’expo­si­tion à l’Abattoir a con­sisté en un dis­positif de pro­jec­tion grand format de cette vidéo d’une heure. Ici pas d’his­toire linéaire avec un début et une fin, mais une mul­ti­tude de séquences dans lesquelles on pou­vait entrer, sortir et revenir sans cesse.

Caroline Engel


télécharger
S comme Savoirs
(accompagnement à la visite, PDF, 248.6 kb)
S comme Savoirs
(carton d’invitation, PDF, 197 kb)

commissariat - Caroline Engel