Jacques Paris, « Lamentations (ombre au Niger) », 1997
Jacques Paris, « Lamentations (ombre au Niger) », 1997

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Arbre jaune (figuier) », 2004
Jacques Paris, « Arbre jaune (figuier) », 2004

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Tête rouge 6 », 2009
Jacques Paris, « Tête rouge 6 », 2009

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Tête rouge 7 », 2009
Jacques Paris, « Tête rouge 7 », 2009

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Stèle » (Trouée), 1987-2004
Jacques Paris, « Stèle » (Trouée), 1987-2004

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Stèle » (à soif), 1987-2004
Jacques Paris, « Stèle » (à soif), 1987-2004

© Bertrand Bodin

Silvio Rosso, « About red and gold : transiti 1», 2009
Silvio Rosso, « About red and gold : transiti 1», 2009

© Bertrand Bodin

Silvio Rosso, « La grande scacchiera», 1977
Silvio Rosso, « La grande scacchiera», 1977

© Bertrand Bodin

montage de l'exposition, Silvio Rosso
montage de l’exposition, Silvio Rosso

© Bertrand Bodin

résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins
résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins

© Bertrand Bodin

résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins
résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins

© Bertrand Bodin

TRANS-FIGURATIONS
Jacques Paris, Silvio Rosso

Lancement du projet SMIR

Jacques Paris
est né en 1948 à Mytho (Vietnam)
Il vit et tra­vaille à Saint André d’Embrun

Silvio Rosso
est né en 1940 à Cuneo (Italie)
Il vit et tra­vaille à Demonte (Piémont – Italie)

Avant que les travaux ne com­men­cent, la chapelle des Capucins a accueilli une « expo­si­tion-dia­logue » entre l’artiste français Jacques Paris et l’artiste italien Silvio Rosso, précédée d’un temps de rési­dence du 15 au 29 octobre 2009. Ces deux pein­tres ont investi un lieu brut, marqué par ses dif­férentes util­i­sa­tions à travers le temps, appro­fondi la con­nais­sance du tra­vail de l’un et de l’autre, éprouvé cette prox­imité pic­turale qui les lie pour penser le con­cept de l’expo­si­tion et pro­duire deux nou­velles œuvres spé­ci­fiques présen­tées à cette occa­sion.

Cette expo­si­tion inau­gu­rait la voca­tion artis­tique et cul­turelle du lieu. Elle était placée sous la thé­ma­tique du pas­sage et de la trans­for­ma­tion, autant de ques­tions qui tra­versent et occu­pent le tra­vail de ces deux artistes.

Jacques Paris et Silvio Rosso appar­ti­en­nent à la même généra­tion et se définis­sent eux-mêmes comme pein­tres. La pein­ture, entendue à la fois comme pra­tique et matériau est une néces­sité dans leurs démarches artis­tiques respec­tives. La pein­ture est pour eux un moyen, un outil, un sup­port. Elle est matière et matériau com­posite con­stitué aussi bien de pig­ments, que de charbon ou encore de pein­ture indus­trielle. Elle peut être appliquée au pinceau, au chiffon, tra­vaillée au couteau. Silvio Rosso aime, lui, la couler sur un sup­port hor­i­zontal et observer ainsi les méta­mor­phoses induites par le séchage de la pein­ture. Pour ces deux artistes, la pein­ture est matière vivante qui ne demande qu’à déborder de son format et du sup­port dans lequel elle est finale­ment con­trainte. De ce traite­ment découlent strates et couches qui per­me­t­tent une lec­ture à rebours du tra­vail et du chem­ine­ment de l’artiste ; une façon d’entrevoir com­ment la pein­ture entre en réson­nance avec les grands tra­di­tions spir­ituelles, voire mys­tiques de l’humanité. Rendu d’une expéri­ence de vie, un peu comme une intéri­orité antérieure révélée par des ren­con­tres mul­ti­ples, plurielles.

Caroline Engel


télécharger
TRANS-FIGURATION
(catalogue, PDF, 1.3 Mb)
TRANS-FIGURATION
(carton d’invitation, PDF, 200.5 kb)