Jacques Paris, « Lamentations (ombre au Niger) », 1997
Jacques Paris, « Lamentations (ombre au Niger) », 1997

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Arbre jaune (figuier) », 2004
Jacques Paris, « Arbre jaune (figuier) », 2004

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Tête rouge 6 », 2009
Jacques Paris, « Tête rouge 6 », 2009

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Tête rouge 7 », 2009
Jacques Paris, « Tête rouge 7 », 2009

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Stèle » (Trouée), 1987-2004
Jacques Paris, « Stèle » (Trouée), 1987-2004

© Bertrand Bodin

Jacques Paris, « Stèle » (à soif), 1987-2004
Jacques Paris, « Stèle » (à soif), 1987-2004

© Bertrand Bodin

Silvio Rosso, « About red and gold : transiti 1 », 2009
Silvio Rosso, « About red and gold : transiti 1 », 2009

© Bertrand Bodin

Silvio Rosso, « La grande scacchiera », 1977
Silvio Rosso, « La grande scacchiera », 1977

© Bertrand Bodin

montage de l'exposition, Silvio Rosso
montage de l’exposition, Silvio Rosso

© Bertrand Bodin

résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins
résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins

© Bertrand Bodin

résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins
résidence Silvio Rosso – chapelle des Capucins

© Bertrand Bodin

TRANS-FIGURATIONS
Jacques Paris, Silvio Rosso

Lancement du projet SMIR

Jacques Paris
est né en 1948 à Mytho (Vietnam)
Il vit et tra­vaille à Saint André d’Embrun

Silvio Rosso
est né en 1940 à Cuneo (Italie)
Il vit et tra­vaille à Demonte (Piémont – Italie)

Avant que les tra­vaux ne com­men­cent, la cha­pelle des Capucins a accueilli une « expo­si­tion-dia­lo­gue » entre l’artiste fran­çais Jacques Paris et l’artiste ita­lien Silvio Rosso, pré­cé­dée d’un temps de rési­dence du 15 au 29 octo­bre 2009. Ces deux pein­tres ont investi un lieu brut, marqué par ses dif­fé­ren­tes uti­li­sa­tions à tra­vers le temps, appro­fondi la connais­sance du tra­vail de l’un et de l’autre, éprouvé cette proxi­mité pic­tu­rale qui les lie pour penser le concept de l’expo­si­tion et pro­duire deux nou­vel­les œuvres spé­ci­fi­ques pré­sen­tées à cette occa­sion.

Cette expo­si­tion inau­gu­rait la voca­tion artis­ti­que et cultu­relle du lieu. Elle était placée sous la thé­ma­ti­que du pas­sage et de la trans­for­ma­tion, autant de ques­tions qui tra­ver­sent et occu­pent le tra­vail de ces deux artis­tes.

Jacques Paris et Silvio Rosso appar­tien­nent à la même géné­ra­tion et se défi­nis­sent eux-mêmes comme pein­tres. La pein­ture, enten­due à la fois comme pra­ti­que et maté­riau est une néces­sité dans leurs démar­ches artis­ti­ques res­pec­ti­ves. La pein­ture est pour eux un moyen, un outil, un sup­port. Elle est matière et maté­riau com­po­site cons­ti­tué aussi bien de pig­ments, que de char­bon ou encore de pein­ture indus­trielle. Elle peut être appli­quée au pin­ceau, au chif­fon, tra­vaillée au cou­teau. Silvio Rosso aime, lui, la couler sur un sup­port hori­zon­tal et obser­ver ainsi les méta­mor­pho­ses indui­tes par le séchage de la pein­ture. Pour ces deux artis­tes, la pein­ture est matière vivante qui ne demande qu’à débor­der de son format et du sup­port dans lequel elle est fina­le­ment contrainte. De ce trai­te­ment décou­lent stra­tes et cou­ches qui per­met­tent une lec­ture à rebours du tra­vail et du che­mi­ne­ment de l’artiste ; une façon d’entre­voir com­ment la pein­ture entre en réson­nance avec les grands tra­di­tions spi­ri­tuel­les, voire mys­ti­ques de l’huma­nité. Rendu d’une expé­rience de vie, un peu comme une inté­rio­rité anté­rieure révé­lée par des ren­contres mul­ti­ples, plu­riel­les.

Caroline Engel


télécharger
TRANS-FIGURATION
(catalogue, PDF, 1.3 Mo)
TRANS-FIGURATION
(carton d’invitation, PDF, 200.5 ko)