Apéro doc n°21 / La peinture à travers le portrait de 4 artistes
Jeudi 5 novembre 2015

Bernard Piffaretti ou Sans titre
De Frédéric Ramade et Po’Sim Sambath
8 mins, 2012
Production : L’Atelier A, Arte France Développement - ADAGP

Bernard Piffaretti élabore en 1984 un procédé sur lequel repose l’ensemble de sa pein­ture : après avoir divisé la toile tendue sur châssis en deux par­ties égales par un mar­quage ver­tical, l’artiste peint l’une des deux moitiés du tableau, puis en reporte sur la sec­onde chaque élément de la com­po­si­tion, respec­tant l’ordre d’appli­ca­tion, le choix des couleurs et les effets de matières.

Stéphane Calais ou le tatouage mural
De Frédéric Ramade et Po’Sim Sambath
8 mins, 2012
Production : L’Atelier A, Arte France Développement - ADAGP
Ce qu’aime Stéphane Calais, ce n’est rien tant que de jouer avec les opposés, d’accuser les con­trastes pour mieux chercher les racines com­munes : le grand art et l’orne­ment, l’érudition minu­tieuse de l’aspect jeté de ses dessins.

Karina Bisch, Abidjan
De Charles Devoyer
7 mins, 2014
Production : L’Atelier A, Arte France Développement - ADAGP

Inspirée par le mod­ernisme, dotée d’un grand sens de la couleur, sen­sible à l’his­toire des arts appliqués, Karina Bisch a développé depuis les années 2000 une pein­ture graphique envoû­tante qui ne cesse d’inter­roger l’origine et l’usage des formes.

Philippe Mayaux ou pro­duc­teur d’un uni­vers libidineux sur­volté
De Roberta Bruzzechesse
6 mins, 2013
Production : L’Atelier A, Arte France Développement - ADAGP

Tout en la retra­vail­lant, Philippe Mayaux intro­duit Reconstitution (2002-2012), vit­rine con­tenant le moulage du corps d’une femme - cer­taines par­ties étant des empreintes et d’autres, plus internes - exposée au Centre Pompidou dans l’expo­si­tion dédiée au Surréalisme et l’objet. Exploré en une dizaine d’objets plus ou moins nat­u­ral­istes, le corps tant aimé devient le sup­port d’une col­lec­tion hal­lu­ci­nante et une véri­table déc­la­ra­tion.